• Fausses Images ou Douces Illusions

     

     

    Ah il est loin le temps bénit de l'ancienne Amérique où tout devait paraître aussi paisible qu'une eau sans le moindre trouble. Bien qu'il y eut toujours des querelles entre tribus, les territoires étaient assez éloignés pour que chacun puisse y vivre en paix sans empiéter sur la liberté des autres. Si vous pensez que les Amérindiens ont su rester les mêmes vous faites fausse route.

    Loin des idées toutes faites comme quoi les Amérindiens, tout droit sortis d'un film de western, marcheraient dans de vastes prairies aux côtés de leurs fidèles destriers; arborant leurs costumes traditionnels décorés de plumes d'aigles aux couleurs du soleil et poussant des cris de victoire tout en se dirigeant vers leurs tipis retrouver leurs squaws qui auraient pris soin de leur préparer une bonne bouilli de maïs avec de la viande de bison séchée; pendant que leurs enfants jouraient dans la rivière avec leur raton laveur et leur colibri en sautant d'une falaise...

    Depuis le traumatisme des pensionnats destinés aux autochtones durant la politique d'assimilation et notamment, l'héritage des sévices infligés aux enfants d'origine amérindienne qui ne se limite pas qu'aux tords causés aux individus, mais qui a influé sur la vie de plusieurs générations, tout a bien changé. Ces enfants qui ont connu ces établissement totalitaires ont subit toutes sortes de violence, les plaçant en victime entièrement à la merci des bourreaux, engendrant des sentiments accrus d'isolement, d'humiliation et d'impuissance. Comme la Comission du droit le signale : "Bien des responsables comprenaient parfaitement que le réseau des pensionnats était un système qui visait à saper une culture". Cela a eu un effet profondément néfaste sur les collectivités autochtones.
     
    Dans les réserves, les écoles sont très éloignées des habitations, et la pauvreté persiste toujours touchant beaucoup plus les amérindiens que les américains "blancs". On trouve très peu de réserves où l'électricité et l'eau potable sont à disposition des habitants.
     
    Durant les années 80, les jeunes amérindiens ont adoptés les coutumes américaines. Seulement 10 à 15% ont essayé de garder leur culture intacte en adoptant le même style de vie que leurs ancêtres, ou du moins, en essayant de s'en rapprocher le plus possible. 
     
    Dans les années 2000, les "nouveaux amérindiens" ou les "amérindiens des temps modernes" que l'on devrait plutôt qualifier de victimes du monde occidental, ont perdu tout leur repères et toute la culture qui faisait la fierté et la richesse de l'Amérique de Crazy Horse. Bien que certains tentent durement de garder la mémoire du passé intacte tout en continuant désespérement de perpétuer l'héritage des Grandes Nations, nombreux sont ceux qui adoptent la religion chretienne et mangent chez Mc Donalds. 
     
    Heureusement, quelques uns parviennent à s'en sortir en poursuivant leurs études. Mais certains ont pour seule ressource de revenu  l'artisanat, (avec des bijoux qu'ils confectionnent eux-même), tandis que d'autres sont toujours victimes du chômage et de la pauvreté.
     
    Vers 2008, beaucoup d'entre eux tentent de retrouver leur fierté perdu, et de se relever malgré les horreurs du passé. Ils relèvent la tête, affirmant fièrement qu'ils sont les descendants de Geronimo ou de la tribu de Sitting Bull. Ils refusent d'oublier les atrocités commisent, et réclament des dédomagement pour ces pertes et ces violences aussi bien physiques que morales. Ils prennent à coeur cette nouvelle bataille qui vise à récupérer leurs territoires. Rêve utopique ? Cause perdue ? Nul ne peut vraiment le dire. Tant qu'il y aura de l'espoir, ils se lèveront le matin. Retrouver leurs racines pour exister enfin, voilà en quoi consiste leur nouveau but.
     
    Les peuples autochtones recupèrent progressivement la maîtrise de leur identité culturelle. Une nouvelle étape a été franchie en 1998 lorsque le gouvernement féderal a adressé ses plus profonds regrets à tous les peuples autochtones du Canada en ce qui concerne les gestes passés qui ont contribués aux relations difficiles entre les Native Americans et les colons européens, allant jusqu'à s'engager à dédommager les victimes. En 2006, le gouvernement a conclu une entente financière avec les représentants des peuples indiens, inuits et métisses, en compensation partielle des dommages causés durant des siècles par ces politiques oppressives.
     
     

  • Commentaires

    1
    samj moonchild
    Vendredi 18 Février 2011 à 21:14
    Merci beaucoup pour cet article !
    Je n'arrive toujours à croire, comment une telle tragédie puisse rendre le gouvernement actuel aussi indifférents, les gens même sont indifférents les uns des autres...
    Cet article est très très riche, j'y ai appris beaucoup et encore une fois MERCI
    Je suis très ému de ce que je viens de lire.. :'(
    et j'espère que l'avenir sera plus radieux pour eux, il faut agir AUJOURD HUI pour faire changer DEMAIN et réparer HIER, sans pour autant l'oublier...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :