•  

     

    Nous avons entendu dire que les gens de Big Foot campaient avec les soldats, là-bas à quelques vingt kilomètres d'où nous étions quand on prend par la vieille route. C'est le lendemain matin, le 29 décembre 1890, qu'il s'est passé quelque chose de terrible. Dans l'après-midi qui a précédé cet événement, je me suis rendu à Pine Ridge, où j'ai entendu parler de ces choses, et c'est pendant que j'étais là que les soldats se sont mis en route pour l'endroit où étaient les gens de Big Foot. Cela faisait bien quelques cinq cents soldats qui se trouvaient là le lendemain matin. Quand je les ai vus se mettre en route, j'ai senti que quelque chose de terrible allait se passer. Je n'ai presque pas dormi cette nuit-là. J'ai marché par là autour presque toute la nuit. Le matin, je suis sorti pour voir mes chevaux, et pendant que j'étais dehors, j'ai entendu tirer du côté de l'est, et d'après le son j'ai su que c'était des fusils-chariots (canons) qui tiraient. Ces sons me traversaient le corps et je sentais que quelque chose de terrible se passait. Quand je suis arrivé au camp avec les chevaux, un homme est venu à moi et m'a dit : "Hey-hey-hey ! Les gens qui arrivent se font tirer dessus ! Je le sais !" J'ai sellé mon cheval fauve et j'ai revêtu ma chemise sacrée. Je l'avais faite tout spécialement pour moi et elle ne devait être portée par personne d'autre. Sur le dos, il y avait un aigle tacheté aux ailes déployées, et sur l'épaule gauche était l'étoile du matin, car lorsqu'on regarde le sud, cette épaule est en direction de l'est. A travers la poitrine, de l'épaule gauche à la hanche droite, était l'arc-en-ciel flamboyant, et il y avait un autre arc-en-ciel autour du cou, comme un collier, avec une étoile en bas. A chaque épaule, coude et poignet était une plume d'aigle. Et toute la chemise était couverte d'éclairs rouges. J'ai peint mon visage en rouge, et dans mes cheveux j'ai placé une unique plume d'aigle pour celui qui est en haut.

     

     

     

    Je n'ai pas mis longtemps à me préparer, car j'entendais toujours tirer des coups de feu. Je suis parti tout seul sur la vieille route qui court à travers les collines jusqu'à Wounded Knee. Je n'avais pas de fusil. Je ne portais que l'arc sacré de l'est que j'avais vu dans ma grande vision. Je n'étais pas allé bien loin qu'une bande de jeunes hommes est arrivée au galop derrière moi. Les deux premiers hommes étaient Loves War et Iron Wasichu. Je leur ai demandé ce qu'ils allaient faire et ils m'ont dit qu'ils voulaient seulement voir de quel côté avait lieu la fusillade. Puis d'autres sont arrivés dont certains étaient des hommes plus âgés. Nous chevauchions rapidement et nous étions maintenant une vingtaine. La fusillade devenait plus bruyante. Un cavalier est arrivé de là-bas au grand galop et il nous a crié : "Hey-hey-hey ! Ils les ont tués !" Puis il a cinglé son cheval et est parti à toute vitesse dans la direction de Pine Ridge. En quelques instants nous sommes arrivés au sommet de la crête où, quand vous regardez à l'est, vous pouvez voir pour la première fois le monument et le champ funéraire sur la petite colline où se trouve l'église actuelle. C'est là que cette terrible chose à commencé. 

    Juste au sud du champ funéraire, sur la petite colline, un profond ravin asséché court à peu près d'est en ouest, très sinueux, et il remonte à l'ouest presque jusqu'au sommet de la crête où nous étions alors. Il n'avait pas de nom, mais de nos jours les Wasichous (les blancs) l'appellent parfois Battle Creek. Nous nous sommes arrêtés sur la crête à distance du début du ravin. Les fusils-chariots tiraient toujours sur la petite colline, et ils ont continué à tirer, et ont atteint le ravin. Il y avait une intense fusillade là-bas au fond, et il y avait des cris partout, et nous voyions les hommes de la cavalerie disséminés sur la colline devant nous. Certains chevauchaient le long du ravin et tiraient dedans, où les femmes et les enfants s'enfuyaient et cherchaient à se cacher dans les ravinoles et derrière des pins rabougris. Un peu en avant de nous, juste au-dessous du début du ravin sec, il y avait des femmes et des enfants qui étaient blottis contre un talus de terre glaise, et des soldats pointaient leurs fusils contre eux. Nous nous sommes arrêtés derrière la crête et j'ai dit aux autres : "Prenez courage ! Ceux-là sont nos parents. Nous allons essayer de les ramener." Puis nous avons tous chanté un chant qui allait ainsi : 

    J'ai dit : Je suis une nation d'êtres du tonnerre.
    J'ai dit : Je suis une nation d'êtres du tonnerre.
    Il faut que vous viviez.
    Il faut que vous viviez.
    Il faut que vous viviez.
    Il faut que vous viviez.
     
    Puis j'ai chevauché sur la crête et les autres m'ont suivi, et nous criions tous : "Prenez courage ! Il est temps de se battre !" Les soldats qui gardaient nos parents nous ont tiré dessus, puis se sont enfuis à toute vitesse, et d'autres soldats à cheval de l'autre côté du ravin aussi. Nous avons rejoint nos parents et les avons fait passer de l'autre côté de la crête au nord-ouest où ils pourraient se mettre en sureté. Je n'avais pas de fusil, et quand nous chargions, je tenais seulement l'arc sacré bien haut devant moi dans ma main droite. Les balles ne nous ont pas atteints du tout. Nous avons trouvé un petit bébé couché tout seul au haut du ravin. C'était une petite fille, et je ne pouvais pas la prendre juste à ce moment là. Mais je l'ai emportée plus tard et certains des nôtre l'ont adoptée. Je l'ai emballée bien serrée dans un châle qui était autour d'elle et je l'ai laissée là. L'endroit était sûr, et j'avais d'autres choses à faire. Les soldats avaient couru sur les collines à l'est, où se trouvaient d'autres soldats, et ils étaient descendus de cheval et couchés par terre. 
     
     
     
     
    J'ai dit aux autres de rester en arrière et j'ai chargé les soldats en tenant l'arc sacré dans ma main droite et en le brandissant vers eux. Ils m'ont tous tiré dessus et j'entendais les balles siffler tout autour de moi, mais j'ai lancé mon cheval droit sur eux et, quand j'ai été tout près, j'ai fait demi-tour. D'autres soldats, de l'autre côté du ravin, se sont mis aussi à me tirer dessus, mais je suis revenu vers les autres sans être atteint du tout. Pendant ce temps, beaucoup d'autres Lakotas qui avaient entendu la fusillade arrivaient de Pine Ridge, et tous ensemble nous avons chargé les soldats. Ils se sont enfuis vers l'est, où la bataille avait commencé. Nous avons continué en descendant le long du ravin, et ce que nous avons découvert était horrible. Femmes et enfants et petit bébés morts et blessés étaient éparpillés tout le long du ravin où ils avaient cherché à fuir. Les soldats les avaient poursuivis dans leur fuite et les avaient assassinés. Par places, ils étaient en tas, parce qu'ils s'étaient blottis ensemble, et d'autres étaient éparpillés partout. Parfois des groupes avaient été tués et déchiquetés quand les fusils-chariots les avaient atteints. J'ai vu un petit bébé qui essayait de téter sa mère, mais elle était morte et tout ensanglantée. Il y avait deux petits garçons à un endroit du ravin. Ils avaient des fusils et ils s'étaient mis tout seuls à tuer des soldats. On pouvait voir les soldats qu'ils avaient tués. Ces garçons étaient tout seuls à cet endroit, et ils n'ont pas été blessés. Ils étaient braves. Quand nous avons repoussé les soldats, ils se sont terrés, et nous n'étions pas assez nombreux pour les déloger. Mais dans l'après-midi ils s'en sont allés de Wounded Knee Creek et nous avons pu voir ce qu'ils avaient fait. 
     
     
     
    Hommes, femmes et enfants étaient entassés et éparpillés sur tout le replat situé au pied de la petite colline où les soldats avaient leurs chariots, et à l'ouest, tout le long du ravin sec jusqu'au haut de la crête, les femmes, les enfants et les bébés morts étaient répandus. Quand j'ai vu cela, j'aurais voulu être mort aussi, mais je n'étais pas triste pour les femmes et les enfants. Il valait mieux pour eux qu'ils soient heureux dans l'autre monde, et j'aurai voulu y être aussi. Mais avant d'y aller, je voulais me venger. Je me disais qu'un jour viendrait peut-être, et que nous aurions notre revanche.
     
    Après que les soldats sont partis, mon ami Dog Chief m'a dit comment tout avait commencé, et il était près de Yellow Bird quand cela est arrivé. Et voici comment : Dans la matinée, les soldats se sont mis à prendre tous les fusils des gens de Big Foot qui campaient sur le replat au pied de la petite colline où sont maintenant le champ funéraire et le monument. Les gens avaient empilé la plupart de leurs fusils, et même leur couteaux, près de la tente où Big Foot, malade, était couché. Les soldats étaient sur la petite colline tout autour, et il y avait des soldats de l'autre côté du ravin asséché, au sud, et aussi le long du vallon de Wounded Knee à l'est. Les gens étaient presque encerclés, et les fusils-chariots étaient pointés sur eux. Quelques-uns n'avaient pas encore donné leurs fusils, aussi les soldats fouillaient toutes les tentes, lançant des objets n'importe où et donnant des coups de pied à tout ce qu'ils trouvaient. Il y avait un homme du nom de Yellow Bird, et il se tenait debout avec un autre homme devant la tente où Big Foot, malade, était couché. Ils s'étaient enveloppés de draps blancs, avec des trous au niveau des yeux pour qu'ils puissent voir, et ils avaient des fusils en dessous. Un officier est venu pour les prendre. Il avait déjà pris le fusil de l'autre homme, et il allait prendre celui de Yellow Bird. Mais Yellow Bird ne voulait pas le lâcher. Il a lutté avec l'officier, et tandis qu'ils luttaient, le coup est parti et a tué l'officier.
     
     
    Le cadavre de Big Foot dans la neige, après qu'il ai été tué
     
    Les Wasichous et certains autres ont dit qu'il l'avait fait exprès, mais Dog Chief qui se trouvait juste à côté m'a dit que ce n'était pas vrai. Aussitôt que le coup est parti, m'a dit Dog Chief, un officier a tiré et tué Big Foot qui était couché et malade dans la tente. Puis tout à coup personne n'a plus su ce qui se passait, sinon que tous les soldats s'étaient mis à tirer et que les fusils-chariots tiraient droit sur les gens. Beaucoup ont été abattus sur place. Les femmes et les enfants se sont enfuis vers le ravin, vers l'est, tombant un à un, car les soldats tiraient sur eux. Il n'y avait à peu près qu'une centaine de guerriers et environ cinq cents soldats. Les guerriers ont bondi vers l'endroit où ils avaient empilé leurs fusils et leurs couteaux. Et avant qu'ils aient pu atteindre leurs armes ils se sont battus contre les soldats avec leurs mains. 
     
    Dog Chief a vu Yellow Bird sauter dans une tente avec son fusil, et de là il a tué des soldats jusqu'à ce que la tente prenne feu. Puis il est mort criblé de balles. Ces choses se passaient durant une belle journée d'hiver. Le soleil brillait. Mais après que les soldats furent partis, ayant accompli leur sale besogne, la neige, lourde, s'est mise à tomber. Le vent s'est levé durant la nuit. Il y a eu une violente tempête et le froit est devenu très intense. La neige s'engouffrait profondément dans le ravin tortueux qui ne fut plus qu'un long tombeau de femmes, d'enfants et de bébés massacrés, qui n'avaient cherché qu'à s'enfuir, et qui n'avaient jamais fait aucun mal. 
     
     
    Fausse commune où furent entassé les cadavres des amérindiens massacrés par les soldats
     
    Après que les soldats furent partis, nous sommes allés, Red Crow et moi, à Pine Ridge, et j'ai emmené le petit bébé dont je vous ai parlé. Red Crow en avait un aussi. Nous revenions à Pine Ridge parce que nous pensions que la paix régnait chez nous, mais ce n'était pas le cas. Pendant que nous étions loin, il y avait eu de la bagarre autour de l'agence, et nos gens étaient tous partis. Ils avaient filé si précipitamment qu'ils avaient laissé les tentes dressées. Il faisait presque nuit lorsque nous sommes arrivés au nord de Pine Ridge, là où se trouve maintenant l'hôpital, et des soldats ont tirés sur nous, mais sans nous atteindre. Nous avons parcouru le camp, et il était tout vide. Nous étions affamés, car nous n'avions rien mangé depuis tôt le matin, aussi nous avons jeté un coup d'oeil dans les tentes jusqu'à ce que nous trouvions un pot où l'on avait cuit du pa-pa (viande séchée). Nous nous sommes assis et avons commencé à manger. Pendant que nous mangions, les soldats ont tiré sur la tente et une balle l'a traversée juste entre Red Crow et moi, jetant de la poussière dans notre soupe. Mais nous avons continué à manger jusqu'à ce que nous ayons le ventre plein. Puis nous avons pris les bébés, enfourché nos chevaux et sommes partis. Si au moins cette balle m'avait tué, je serais mort avec du pa-pa plein la bouche. 
     
     
    Le peuple avait fui et avait descendu Clay Creek, et nous avons suivi leurs traces. Il faisait noir maintenant, et tard dans la nuit nous sommes arrivés au lieu où ils campaient sans aucune tente. Ils étaient assis autour de petits feux, et la neige commençait à tomber. Nous avons marché parmi eux et j'ai entendu la voix de ma mère. Elle chantait un chant funèbre pour moi, car elle était certaine que j'étais mort là-bas. Elle a été si heureuse de me voir qu'elle s'est mise à pleurer et pleurer. Des femmes qui avait du lait ont nourri les petits bébés que Red Crow et moi avions apportés. 
     
    Black Elk se confiant à John G.Neihardt, Elan noir parle, mai 1931

    votre commentaire
  •  

     

    Lakota Woman est un film américain réalisé en 1994, par Frank Pierson

    Née dans une réserve du Dakota du sud, Mary Crow Dog s'est toujours battue contre le racisme. Son combat conduira en 1973, à l'occupation par l'Américan Indian Movement (AIM) durant 71 jours, du lieu où fut le massacre de Wounded Knee jusqu'à ce que les forces fédérales les assiégèrent. Le film retrace la vie de cet écrivain Sioux qui a su faire preuve de courage et de détermination.


    votre commentaire
  •  

    Skins est un film américain de Chris Eyre, inspiré de la relation entre deux frères Sioux qui vivent dans la réserve indienne de Pine Ridge.

    Rudy Yellow Lodge est un enquêteur de police et témoin de l'héritage douloureux de l'existence des Indiens. Bien que le chômage sévit, l'alcoolisme et la violence domestique étant la norme pour de nombreux habitants de la réserve, Rudy a largement échappé à ce cycle de désespoir. Son frère Mogie, cependant, n'a pas eut la même chance. Or, face à la découverte d'un corps ensanglanté, d'un magasin d'alcool enflammé juste à côté de la terre natale qui vend des millions de canettes de bière par an pour la population indigène, et l'auto-destruction de son frère, Rudy va se lancer dans une quête pour venger sa famille, sa culture et lui-même et réclamer justice. 

    votre commentaire
  •  

     

     

    Black Cloud est un film américain réalisé par Rick Schroder 

    Black Cloud, un jeune indien Navajo, issu d'une famille accablée par une rancune générale contre les blancs, rejoint l'équipe Olympique américaine de boxe...

    votre commentaire
  •  

     

     

     Dreamkeeper est un téléfilm américano-canadien réalisé par Steve Barron, diffusé en 2003.

     
    Old Pete Chasing Horse est le "conteur" de la réserve Pine Ridge. Il a presque 100 ans et c'est son devoir de transmettre les légendes de son peuple, pour que celles-ci perdurent.
    Shane, son petit-fils de 17 ans, doit de l'argent à un gang. Pour lui échapper, il accepte de conduire son grand-père au nouveau-Mexique. Il va alors profiter de la sagesse de ses histoires...

    votre commentaire